Nathalie Silverman, entraîneur des E5

6 mai 2020

Présentation de la semaine, Nathalie Silverman, adjointe de l’entraîneur des E5, Olivier Dubosson. Nathalie a débuté le football durant son adolescence, à Vernier, seule équipe féminine existante à l’époque hormis le CS Chênois, qui était trop loin de la maison. Après quelques années, l’équipe féminine déménage à Bernex, et Nathalie se retrouve quelques années plus tard, joueuse et membre du comité du club, afin de défendre les intérêts des joueuses. Après près de 20 ans au club, elle décide de raccrocher les crampons, non sans avoir vécu deux promotions en 1ère ligue ainsi qu’un match mémorable de Coupe de Suisse où le FC Yverdon-Sport, pensionnaire de LNA, a dû batailler pendant plus d’une mi-temps avant de pouvoir prendre l’ascendant sur l’équipe féminine du Signal FC qui militait 3 ligues en-dessous. Après une pause afin de reprendre goût au football, elle aide d’abord à l’école de football avant de prendre en main, en duo, l’équipe juniors M-15 féminine. Cette saison, elle change de catégorie et décide de rejoindre Olivier Dubosson qui cherchait un(e) adjoint(e) pour l’aider avec la très jeune équipe sortie de l’école de football. Une équipe mixte avec un fort potentiel de progression.

– Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Nathalie, j’ai 45 ans. Je suis maman de deux garçons de 16 et 12 ans et je suis entraîneur adjoint pour l’équipe junior E5 de notre club, avec l’excellent Olivier Dubosson.

– D’où vient ta passion pour le football ?
De ma mère. Elle était une grande sportive dans sa jeunesse et elle nous appris, à mes frères et à moi, plein de sports, surtout le basket et le football. Puis, je crois me souvenir que j’ai eu le déclic très tôt pour ce dernier, mais dans les années 80, nous étions au début d’une belle aventure dans le football féminin. Ce qui fait que j’ai commencé le foot vers 13-14 ans.

– S’il y a un joueur que tu aurais voulu affronter dans ta carrière, ça serait ?
Ayant été gardien de buts (je n’aime pas le terme “gardienne de buts”…), j’aurais aimé affronter Raul, du Real, quand il était avec Zidane, car l’association de ces deux joueurs valait son pesant d’or !

– Quel style de jeu prônes-tu ? Préfères-tu l’école Barça, Ajax, Juventus…
J’aime le beau jeu, la volonté d’être agressif (dans le bon sens du terme) tout en respectant l’adversaire et ses coéquipiers.

– Si tu pouvais entraîner l’équipe et le club de ton choix, ça serait ?
N’importe quelle équipe du Signal FC, du moment que la motivation et la mentalité de celle-ci me plait.

– Qu’est-ce qui t’as attiré à venir au Signal FC Bernex-Confignon ?
C’est un facteur du nom de Bernard Bohème ! Sans rire et plus précisément, j’ai commencé le football à Vernier. Notre équipe a eu quelques soucis entre le club et l’entraîneur. Mon père, Gilbert Quiblier (qui était et est toujours mon supporter n° 1) nous a défendu contre le comité du Vernier qui nous désignaient coupables de tous les maux du club. En parlant avec Bernard Bohème, facteur qui passait par le bureau où mon père travaillait, il apprit que Bernard était entraineur d’une équipe de fille à Bernex. Après moult tractations, pas évidentes à cette époque-là avec le comité du Signal, nous sommes arrivées en nombre, soit une équipe active de 20 joueuses. De là est née la section féminine et mon père a été catapulté responsable de la section féminine du Signal FC Bernex-Confignon.

– Jusqu’où souhaites-tu aller en tant qu’entraîneur ?
A dire vrai, je ne me suis jamais posée la question… Je suppose que j’irai là où m’emmène ma motivation et ma sensibilité.

– As-tu d’autres passions et lesquelles ?
La marche rapide, le hockey en tant que spectatrice et mes deux plus grandes passions : mes enfants !

– Ton plat et boisson préférés ?
Tout ce qui peut se partager en famille et entre amis !

– Si tu pouvais composer l’équipe de rêve, qui prendrais-tu ?
Je n’ai pas d’équipes ou de joueurs/joueuses favoris, j’aime les joueurs/joueuses qui présentent du beau jeu et surtout un bon état d’esprit, tant sur que en dehors des terrains.

– Nous vivons actuellement une situation unique suite à la pandémie du COVID-19, qu’as-tu ressenti à l’annonce des mesures prises au niveau du sport et particulièrement le football ?
J’ai ressenti une énorme frustration et jamais je n’aurais pensé que cette pandémie change à long terme notre mode de vie.

– Ta destination de vacances rêvée après cette pandémie?
Pas de destination rêvée ou favorite. Le simple fait de partir sur un coup de tête là où bon me semble.

– Le stade le plus marquant que tu as visité ou joué ?
Je n’en ai pas vu beaucoup, mais celui qui m’a le plus marqué, surtout pour la ferveur de ses supporters, c’est Ibrox Park, à Glasgow.

– Quel entraîneur t’inspire le plus ?
Pas un en particulier, mais je parlerai d’un entraineur que j’ai eu et qui m’a fait évoluer, autant physiquement que mentalement, dans le cadre du football : Alain Yakoubian. Pourtant, j’en ai eu des entraîneurs, mais lui restera vraiment mon entraîneur préféré, pour son écoute, ses conseils et, malgré son côté “ours” comme il le dit lui-même, sa patience envers “ses” filles !

– Comment vis-tu cette période très particulière et as-tu des anecdotes ou des commentaires sur cette situation unique ?
Au départ, je vivais mal cette situation. Qu’allais-je faire pour m’occuper de mes enfants tout en continuant à travailler pour mon employeur…Puis, j’ai été rassurée, même rassérénée avec les mesures sanitaires préconisées par le Conseil fédéral. Quoi qu’il en soit, cela laissera un impact sur tout le monde…

– Y a-t-il une question que tu aurais aimé qu’on te pose et donne nous la réponse si oui…

Michael Silverman

Dernière news

camp de foot 2020

CAMPS DE FOOT 2020 – ETE 2020

Capture.3JPG

LA SECTION FEMININE DU SIGNAL FC RECHERCHE

ecole_de_foot

ECOLE DE FOOTBALL (28.05.2020)

GALERIE PHOTOS

1er Feminines VS Aire (4)

1er Feminines VS Aire 2020

A Signal VS Laconnex2020 (117)

A1 Signal VS Laconnex 2020

E4 Signal VS Grand-Saconnex 2020 (60)

E4 Signal VS Grand-Saconnex 2020